Comment prendre soin de son maillot de bain ?

Constamment agressé par le sel de mer, l’oxydation du chlore et la chaleur du soleil, le maillot de bain s’affaisse, s’étiole et perd peu à peu de son éclat. Ici, 7 conseils pour en prendre soin.

maillot bain 2

© lolamode.com

 

Lavez-le à l’eau froide

Pour assurer la survie de votre maillot de bain, il est nécessaire, voire vital, de laver votre maillot après chaque utilisation : on boycotte les lavages en machine qui distendent les fibres élastiques  du lycra et on restreint au maximum les simples rinçages à l’eau claire, inefficaces face au chlore et au sel.
Le bon geste ? Lavez à la main, à l’eau froide ou tiède, avec un savon ou un détergent doux.

 

Séchez-le à l’ombre

Tout comme la machine à laver, la sécheuse abîme le maillot de bain, pour la bonne raison que la (forte) chaleur attaque l’élasticité de son tissu. En conséquence, on réduit les (trop) longues expositions au soleil, surtout si le maillot est mouillé, et on le laisse s’égoutter, à plat ou suspendu,  à l’ombre, loin de la chaleur ambiante.

maillot bain 3

©  claudialion.com

 

Dispensez-le de crème solaire

Autre danger : les crèmes solaires et les huiles protectrices qui, dotées de filtres puissants, peuvent tâcher voire décolorer les fibres textiles du maillot.
L’astuce : se protéger 30 minutes avant de mettre son maillot, le temps que la crème pénètre complètement dans la peau.

 

 

Accordez-lui du repos

En règle générale, les matières telles que le lycra, le nylon ou encore l’élasthanne, ont besoin de 24 heures pour retrouver leur forme initiale. Il est donc préférable d’avoir (au moins) deux maillots de bain pour les porter en alternance.

 maillot bain 1

© canalvie.com

 

Protégez-le des frottements

Les rebords de piscine, le sable, les transats… tant de surfaces rugueuses qui, à force de frottements, créent des boulochages sur le tissu des maillots de bain. Prenez donc vos précautions avant de vous asseoir et/ou de vous étendre et, en prévention, dégainez votre serviette de plage.

 

 

Ne le conservez pas en boule

Après avoir ôté votre maillot de bain, il semble plus pratique de l’enrouler en boule dans une serviette, ou pire,  dans un sac plastique. Or c’est le meilleur moyen de le déformer puisque l’humidité prolongée détériore la qualité du tissu. Il s’avère donc judicieux d’attendre que ce dernier sèche à l’ombre, jusqu’à ce que vous soyez (vraiment) sur le chemin du retour.

 

 

Méfiez-vous des spa

La chaleur d’un sauna et les produits chimiques, tels que le brome, exigés par les bains à remous et autres cuves thermales sont aussi des ennemis redoutés du maillot de bain. Et comme il n’y a pas moyen de s’en passer, la meilleure option est de choisir un maillot passablement usagé.

maillot

© acorps-et-bienetre.fr

 

 

Source : marieclaire.fr

Comment s’habiller pour prendre l’avion ?

Portiques de sécurité, siège inconfortable et courants d’air : le périple en avion regorge d’obstacles à surmonter, exigeant une tenue des plus pragmatiques. Petit guide pour voyager avec confort tout en gardant sa dignité stylistique.

 

avion

© sosoandco.fr

 

  • Un pantalon confortable tu enfileras

Sans aller jusqu’au jogging ennemi juré de la mode, je vous conseille les bas ajustés mais aussi élastiques :

  • Les leggings : ils deviendront vos meilleurs amis en vol
  • Un pantalon stretch : si l’idée de sortir de la maison dans la tenue précédente vous rebute
  • Un tregging : Il s’agit d’un fameux mélange entre legging et le pantalon, une façon plus habillée et à la fois plus confortable de voyager

Quel que soit votre choix, préférez un modèle opaque, près du corps et sombre.

 

 

  • Des sneakers tu adopteras

Garantes d’un confort à toutes épreuves et plutôt pratiques à enfiler/retirer, les baskets restent les meilleurs alliées pour s’envoyer dans les airs. On prend soin toutefois de laisser ses runnings au placard et d’opter pour des sneakers dans l’air du temps, comme des Gazelle par exemple.

 

avion 2

© spartoo.com

 

 

  • Plusieurs couches tu superposeras

S’il y a de grandes différences de températures vers là où vous vous rendez, une bonne astuce consiste à superposer les couches de vêtements que vous portez. Ainsi, multipliez débardeur + t-shirt manches longues + petit gilet afin de vous effeuiller à votre arrivée et de ne pas subir de trop grandes différences de températures.

 

  • Une petite laine, tu n’oublieras pas

Au risque de vous sermonner, une maille légère est vivement recommandée, notamment en cas de long-courrier. Clim oblige, on la double d’un chèche ou d’un foulard, précautions indispensables pour éviter de commencer ces congés sous Doliprane.

avion 3

© hellocoton.fr

 

  • Les accessoires tu minimiseras

À moins de vouloir battre le record du plus long contrôle de sécurité, évitez d’enfiler l’intégralité de vos bagues, bracelets, colliers et autres bijoux que vous risquez de retirer deux à trois fois dans la journée. Même chose avec la ceinture qui risque plus de vous ennuyer qu’autre chose.

 

 

Source : marieclaire.fr / sosoandco.fr

 

Passer un été cool quand on est fauchée

À quoi ça sert, l’été ? Traîner entre amis, se la couler douce, étancher sa soif d’aventure, récupérer de 11 mois stressants… Mais cette année, vous êtes à sec ? Tant pis, vous allez en profiter quand même. Et toc.

among the palms

© bons-plans-etudiant.fr

Voyager quand même

En Asie, le begpacking (de backpacking, voyager avec son sac à dos, et beg, mendier) choque. Il faut dire que de plus en plus d’Occidentaux parcourent le globe sans hésiter à financer leur périple en faisant la manche dans les pays pauvres (mais armés du dernier iPhone).
Pour éviter cette horrible faute de goût, et si vous avez des fourmis dans les pattes malgré la dèche, investissez les sites pour fauchés. Sur Gamping, on peut louer le terrain d’un particulier pour camper, sur Couchsurfing, on peut trouver un squat chez l’habitant partout dans le monde, en échange d’un hébergement retour, etc. Mais gare à ne pas tomber sur des relous…

 

Se nourrir l’esprit

Profitez de ces vacances staycation (on reste à la maison parce qu’on n’a pas de quoi filer à Formentera) pour devenir une  » fille Télérama « . Faites des listes de lecture thématiques (tout Proust, tout Fred Vargas) et pillez les bibliothèques, avant d’aller lire paresseusement dans un parc.
Faites aussi des thématiques filmo (par exemple tout Ken Loach, qui a mis ses films gratuits sur Youtube). Sans oublier les festivals de musique et projections ciné organisées partout, l’été. Durant les longues conversations de l’hiver prochain, vous aurez tellement plus d’esprit que ceux qui ont fait 15 jours de soirées animation dans un hôtel club.

lire dans un parc

© ville-bagnolet.fr

Rester fraîche

Il fait 53 degrés (ressentis) et que vous êtes coincée dans cette ville fournaise, sans clim ? Hantez les endroits frais : bibliothèques et musées, qui ont souvent une connexion Wi-Fi gratuite, et sûrement des événements capables d’enrichir un peu plus votre quotient culturel (bon, moins en en août). Sinon, restez planquée dans votre F1 à regarder des séries policières scandinaves pour vous rafraichir l’esprit (Jour Polaire, Bron, The killing – la version danoise, etc). Et puis vivez à la méditerranéenne : sieste le jour, fête la nuit. Ce n’est pas parce que vous êtes coincée à Metz que vous ne pouvez pas avoir la dolce vita.

 

 

Frimer aussi

Le pire d’un été fauchée, c’est le brief retour de vacances des autres : celle qui a fait son stage yoga à Goa, celle qui a picolé 10 jours en Croatie, etc. Sauf que vous, vous êtes pile dans la tendance qui va cartonner à la rentrée : le lagom suédois (qui remplace le hygge). Le principe ? On diminue dépenses, déchets, bilan carbone, pour mieux soigner son moi intérieur. En restant coincée chez vous, vous êtes hyper lagom. Que vous pouvez enrober de wabi sabi, la version nippone de la simplicité volontaire, qui consiste à apprécier l’imparfait de sa vie. Ils vous saoulent avec leurs vacances ? Donnez leur des leçons de sagesse à la mode.


Se remuer

Ce n’est pas parce que vous ne pouvez pas vous offrir un stage de kitesurf au Mexique que vous ne pouvez pas organiser votre propre  » boot camp  » (ces camps de redressement sportifs de plus en plus prisés pour se muscler à la dure). Si vous étiez sur un transat en plein cagnard, vous auriez la volonté d’un esquimau fondu. Mais là, vous n’avez que ça à faire. Alors filez courir ou marcher dans la ville, à la fraîche, au petit matin. On verra qui est la plus musclée à la rentrée.
Et si vous en avez marre des diktats bikini body (et vous auriez raison), vous pouvez faire comme tous les vacanciers : du farniente à base de glaces et glande.

courir-dans-une-pente-en-ville

© running-et-trail.net


Sonder mamie

Oui, vous n’avez trouvé que cette option : deux semaines dans le Cantal, chez mémé (comme l’été dernier). Et vous avez bien vu leur petit rictus au bureau, après avoir répondu à la question fatidique :  » Et tu pars où en vacances ?  » Tant pis pour eux. Profitez du séjour pour faire de la psychogénéalogie. Interrogez mémé sur la mémoire familiale, prenez des notes, demandez-lui comment elle était dans sa jeunesse, et votre mère, et vos tantes. Partez à la traque des secrets de famille, devenez la Ellen DeGeneres du plateau des Millevaches. Et bim, vous avez gagné 15 ans de psychanalyse d’un coup.

 

Passer sa vie dehors

Non, pas sur le dernier rooftop à la mode, où le premier menu est à 150€. Mais l’intérêt de l’été reste son climat cool, ce qui permet de passer sa vie à des apéros pétanque, pique-niques de minuit, barbecues dans l’arrière cour. Normalement, les meilleurs souvenirs d’été sont ceux partagés entre amis. Alors trouvez les autres recalés du all inclusive à Ibiza, et festoyez : battle de playlists, olympiades de frisbee, batailles d’eau en sirotant des Spritz rapportés dans des gourdes.
Et surtout, postez les selfies de ces fiestas sur Instagram, ça calmera ceux qui ont cassé leur tirelire pour vous en mettre plein la vue depuis Bali.

soiree-amis-jeu-video-125

© afjv.com

Source : glamourparis.com

 

Autobronzant naturel : nos 5 recettes imparables

Avec l’arrivée des beaux jours, on va avoir comme une furieuse envie de dévoiler ses jambes. Sauf que l’hiver est passé par là et on a encore le teint blanc qui va avec. La solution pour les phobiques de l’autobronzant en tube qui peut laisser des traces : l’autobronzant naturel !
Voici nos cinq recettes efficaces pour se fabriquer un autobronzant naturel. Attention, joli teint garanti.

  autobronzant 3

© magazine-avantages.fr

 

L’autobronzant naturel à l’huile de carotte

« Cette huile végétale riche en bêtacarotène est idéale pour se faire un teint halé de manière économique et naturelle », affirme Julien Kaibeck créateur de slow-cosmétique et auteur de « Bien-être au naturel » (éd. Solars). Pour les peaux essentiellement grasses ou à problème, Julien recommande l’ huile de carotte.

 

 huile de carotte

© becoolbebio.wordpress.com

 

Il suffit de chauffer trois gouttes d’huile dans les mains et de masser sous sa crème matin et soir. L’avantage : cette huile n’est pas comédogène et permet d’obtenir un teint lumineux en une semaine pour les peaux brunes et un hâle abricoté pour les peaux claires. « Cette huile, comme celle d’argousier, ne colore pas seulement la couche cornée de la peau (celle qui se trouve à la surface de l’épiderme, NDLR) contrairement aux autobronzants industriels, mais également l’épiderme profond. »

 

 

L’autobronzant naturel à l’argousier

L’argousier est un petit arbuste épineux dont la pulpe est bourrée en vitamines et antioxydants. Transformé en huile vierge, l’argousier a pour vertu de régénérer activement les cellules de l’épiderme. Si cette huile est censée convenir à tous les types de peau, Julien conseille néanmoins aux peaux à problème de s’abstenir et de lui préférer l’huile de carotte. En effet, l’argousier, riche en vitamine A, a tendance à exciter les pores et donc à créer de petites imperfections.

 

 argousier

© toutvert.fr

 

« Cette huile est une bombe de bêtacarotène. Il est très important de la mélanger à 50-50 avec une huile neutre comme une huile de jojoba, d’abricot ou de noisette pour éviter qu’elle ne tache », précise Julien avant d’ajouter : « Il suffit de chauffer quelques gouttes et de masser abondamment jusqu’à une totale pénétration. En quatre jours, vous obtiendrez un teint abricoté et en un mois un effet bronzé. » Autre atout : l’huile d’argousier est excellente pour préparer sa peau au soleil.

 

 

L’autobronzant naturel au thé

Le thé noir est riche en tanin, une substance naturelle qui va colorer la peau à l’instar de votre tasse de thé. Autre point fort : sa forte composition en antioxydants, idéal pour le lutter contre le vieillissement de l’épiderme.

 thé noir

 © http://blackeuse.com

 

Pour obtenir votre autobronzant naturel, il suffit de verser dans ¼ de litre d’eau bouillante deux cuillères à soupe de thé noir en vrac et de laisser infuser. Attendez que la solution refroidisse tout en laissant poser pendant trois heures, puis appliquez-la à l’aide d’un coton ou d’un petit linge propre. Cet autobronzant naturel s’en va avec l’eau, mais il a l’avantage de se garder sept jours au réfrigérateur. 

 

 

L’autobronzant naturel au café

La technique du café est également culte. En temps de guerre, les femmes n’ayant plus de bas de soie se recouvraient les jambes à l’aide d’une mixture réalisée à base de marc de café puis se dessinaient sur le mollet une fausse couture. Pour s’approprier cette illusion beauté rien de tel que de mélanger du café lyophilisé préalablement écrasé avec une crème pour le corps ou le visage. Il suffit ensuite de masser la solution sur une peau gommée, de laisser sécher et le tour est joué.

 marc de café

© bioalaune.com

 

 

L’autobronzant naturel au DHA

Issu de micro-organismes vivants (bactéries ou levures), le DHA est un composant naturel utilisé dans les autobronzants cosmétiques. Cette poudre blanche colore les couches supérieures de la peau tout en résistant à l’eau. Il suffit pour cela de mélanger cet actif cosmétique autobronzant à sa crème hydratante pour le corps et le visage chaque jour et le teint deviendra hâlé en deux heures. Ce dernier s’intensifiera tout au long de la journée.

 

 autobronzant

 

Il ne vous reste plus qu’à choisir votre méthode et à tester !

 

Source : elle.fr

 

Idée cadeau pour la fête des grands-mères : le vase en bouteilles plastique

Ce vase est réalisé avec une bouteille en plastique coupée et peinte. Il est facile à réaliser avec des enfants et offrira le fait d’être unique. Ce vase en plastique recyclé sera parfait pour les bouquets printaniers.

vase-recup

Intérêt pour cette activité

  • Travailler la dextérité
  • Apprendre à donner une seconde vie aux emballages
  • Réaliser un travail soigné
  • Développer sa concentration

 

Equipements nécessaires pour cette activité

  • 1 bouteille en plastique transparente
  • De la peinture pour verre ou porcelaine en marqueurs si possible
  • Des ciseaux
Page 1 sur 151234510Dernière page »