L’amande : du bien-être à croquer

Fruit à coque très apprécié, l’amande est une graine oléagineuse reconnue depuis des millénaires pour être une excellente source de différents minéraux essentiels à la bonne santé de l’organisme. À croquer régulièrement, elle est également bénéfique pour le système cardiovasculaire.

amande couv

© topsante.com

L’amande : des lipides et des acides gras

Particulièrement calorique, l’amande comprend 575 calories pour 100 grammes, ce fruit sec est pourtant une excellente façon d’apporter des acides gras essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Comme tous les oléagineux, l’amande est pourvue d’une grande portion de lipides : ces graisses peuvent faire peur tant pour la silhouette que pour le système cardiovasculaire. Avec 50 % d’apport lipidique par portion, il faut apprendre à ne pas en abuser, mais à les consommer de façon judicieuse pour profiter de leurs bienfaits.

Il faut savoir que cet apport de lipides est en majorité composé d’acides gras monoinsaturés et polyinsaturés : ce sont les acides gras bons pour le cœur, car ils contribuent à favoriser le « bon » cholestérol tout en diminuant les triglycérides sanguins. L’amande participe à la bonne santé de votre système cardiovasculaire en faisant baisser le « mauvais » cholestérol. Elle tend ainsi, avec une consommation régulière et maîtrisée, à diminuer les risques de maladies coronariennes. N’hésitez pas à croquer quelques amandes durant vos repas pour un geste santé tout en gourmandise.

 

Les fibres de l’amande pour un bon transit intestinal

Une portion d’amandes se compose d’un quart de fibres alimentaires. Les fibres contenues dans les amandes sont essentielles à un transit intestinal normal : une alimentation riche en fibres alimentaires est reconnue comme primordiale pour le système digestif. En effet, les fibres apportent une rapide sensation de satiété et contribuent à faire baisser la facture calorique quotidienne induisant ainsi une perte de poids significative. Composées à 80 % de fibres insolubles, les amandes aident à améliorer la circulation des aliments digérés et à augmenter les selles. Elles sont particulièrement indiquées pour les personnes souffrant de constipation.

transit

© docteurclic.com

En augmentant le contenu du bol alimentaire, elles agissent comme des éponges qui absorbent l’eau contenue dans l’alimentation et contribuent à renouveler la flore bactérienne intestinale. Les fibres solubles, moins présentes dans les amandes, participent efficacement à réduire le taux de cholestérol. Les actifs des amandes sont donc réputés pour diminuer les risques de développer des cancers du côlon.

Les amandes riches en antioxydants

Reconnues pour leur action antioxydante, les amandes sont riches en éléments qui agissent sur le stress oxydatif : les radicaux libres contenus dans l’alimentation ou produits par une mauvaise hygiène de vie et le stress, altèrent l’intégrité des membranes cellulaires pour engendrer le développement de différentes affections comme les cancers, les maladies cardiovasculaires et le vieillissement cutané. Antioxydants majeurs, la vitamine E, les phytostérols et des phénols (particulièrement concentrés dans la peau de l’amande) contenus dans l’amande sont d’éminents protecteurs cellulaires.

lamande-pour-bébé

© cuisine-de-bebe.com

Penser à ajouter quelques amandes dans ses menus est une façon idéale de participer à protéger les systèmes cardiovasculaire, respiratoire et neurologique afin de limiter la progression de maladies.

 

Les oligo-éléments de l’amande

Riche de différents sels minéraux, l’amande est particulièrement bien pourvue en magnésium, en manganèse et en cuivre. Les amandes en sont d’excellentes sources et elles collaborent à amener des nutriments essentiels au bon fonctionnement du métabolisme : le magnésium participe à différents processus, comme le développement osseux et dentaire, le renforcement du système immunitaire et la contraction musculaire.

Le cuivre et le manganèse sont reconnus comme cofacteurs de la plupart des enzymes qui protègent les cellules des radicaux libres. Ces deux sels minéraux agissent aussi sur la synthétisation de l’énergie qui se produit avec les protéines, les lipides et les glucides de l’alimentation.

 

Source : marieclaire.fr

 

Cet article a été rédigé dans la catégorie Cuisine.
Si vous le souhaitez, mettez le en favori permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


1 + = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>