Un stage réussi au sein de Solutia

Il y a des jeunes qui ont la malchance de faire des stages « machine-à-café ». D’autres pour qui le stage est une occasion plus ou moins intéressante de s’immerger dans la vie professionnelle d’un service. Et puis, pour nous épater, il y a Maxime avec son stage « hors-sol »…

maxime

© blog.epicentrecowork

Pour ce jeune coworker arrivé à Epicentre en avril dernier, ces cinq mois auront été une formidable expérience, en autonomie quasi-totale, avec à la clef un emploi à durée indéterminée qui commence cette semaine, à peine quinze jours après la fin de son stage et alors qu’il n’a même pas encore les résultats de son diplôme.

Reprenons du début

Maxime a étudié le droit à Clermont et a choisi de se spécialiser dans le droit social. Pour sa dernière année de fac, il a dû s’exiler en Alsace, admis dans un Master 2 tout nouvellement créé à Mulhouse. Trouver un stage sur place ne l’enchantait pas trop ; ça pouvait signifier s’y installer pour longtemps. Le premier « coup de bol », c’est qu’une entreprise de services à la personne dont le siège se trouve en Alsace a toqué à la porte de son Master pour recruter un stagiaire, avec notamment des besoins à Clermont-Ferrand. Une opportunité inespérée pour Maxime, qui a fait le forcing pour décrocher cette mission.

« On m’a donné ma chance »

Quelle mission au juste ? C’est là que les choses deviennent intéressantes. A Clermont, l’agence de Solutia était dans un état quasi-végétatif, abandonnée par la personne qui la détenait jusque-là en franchise. Maxime devait donc reprendre les anciens clients, mettre de l’ordre, commencer à recruter, à faire connaître l’enseigne… Tout cela en autonomie totale, son collègue le plus proche étant à Montluçon.
Du coup, l’animatrice de réseau, qui devait devenir sa tutrice de stage, a eu l’idée d’installer Maxime à Epicentre. « Elle avait vu un reportage sur le coworking et elle a cherché sur internet si ça existait à Clermont, puisqu’il n’y avait pas de locaux Solutia », explique Maxime, qui exprime sa reconnaissance, comme une chance supplémentaire : « Elle a été une super-maître de stage ; non seulement elle m’a fait découvrir plein de choses, mais en plus elle m’a donné ma chance de faire mes preuves. Je lui dois beaucoup. »

Du juridique et du partenariat

Ses preuves, Maxime a pu les faire non seulement en commençant à développer l’antenne clermontoise, mais surtout dans l’autre volet de sa mission : celui de conseil juridique. Durant l’été, il a eu à démêler quelques problématiques de ressources humaines pour les agences de Bordeaux, de Montluçon ou d’Oyonnax. Une application grandeur nature de ce qu’il a appris dans ses études.
Maxime a encore répondu à la confiance de ses chefs en développant divers partenariats, à l’échelle locale ou nationale : entre autres, avec l’espace Info Jeunes de Clermont, avec le Centre de Réadaptation de Mulhouse pour l’intégration de travailleurs handicapés ou pour un plan de formation qu’il a établi pour l’antenne d’Oyonnax…
Pas mal, pour un étudiant !

Encore avec nous pour quelques temps

Du coup, son stage se concrétise par une embauche en CDI. Maxime aura pour mission de développer l’agence de Clermont et surtout, progressivement, de remplir la fonction du juriste de cette entreprise qui compte aujourd’hui soixante-dix agences en France et a bien l’intention de continuer à se développer. Le résultat, c’est que le pôle juridique de Solutia se trouve délocalisé à Clermont-Ferrand.
source : blog.epicentrecowork

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


+ 7 = 14

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>